A chacun son sommet

A chacun son sommet

Traversée ARGENTERA-MERCANTOUR : Sauvage

 

 

Traversée Argentera - Mercantour en 4 étapes 

Un périple franco-italien dans l'univers minéral des Alpes du Sud

 

Distance : 92 km   Dénivelé : 5500 m+ 

Départ : Le Boréon, St Martin de Vésubie 

Arrivée : Castérino, Vallée des Merveilles 

Cartes : Alpes Sans Frontières IGN n°4 et n°5

 

 

Dans les Alpes du Sud, la découverte de deux magnifiques parcs nationaux, le Parco Naturale Alpi Maritime dans le Piemont Italien et le Parc National du Mercantour en France, deux espaces protégés frontaliers. Avec l'hospitalité légendaire des refuges italiens de l'Argentera (le Refuge Morelli-Buzzi et le Refuge Federici-Marchesini-Pagari) et la visite de la Vallée des Merveilles et de ses nombreuses fresques rupestres.

 

ETAPE 1 - St-Martin de Vésubie/Le Boréon au Refuge Morelli-Buzzi, 27 km, 1950 m+

 

De St Martin de Vésubie (magnifique village), prendre la direction du Boréon, passer le barrage et continuer la petite route vers le parking de Salèse (1678 m), départ de cette aventure. Cette première étape, très panoramique, va nous conduire dans le Parc Naturale Alpi Maritime, en Italie, pour découvrir l'Argentera, un très beau sommet des Alpes du Sud (3290 m).

 

  

Le Refuge Morelli-Buzzi et les Cimes enneigées de l'Argentera

Fresques sur les façades de la Maison du Parco Nationale Alpi Maritime 

 

 

Premier col, le Col de Salèse (2031 m), est atteint très rapidement grâce à un chemin agréable qui se court facilement, la suite est tout aussi sympa, on reste à peu près sur les mêmes courbes de niveau jusqu'à un carrefour (2270 m), là, poursuivre à gauche, le Lac Nègre est en vue, on le longe par la droite, pour entamer la montée vers le Passo del Préfouns (2615 m). La montée est courte et un peu raide (juste une mise en jambe) pour arriver au Col, ambiance lunaire. 

 

 

Ensuite, on bascule de l'autre côté, c'est la Vallée Gesso, poursuivre dans le Vallone del Préfouns, parmi les cailloux et arrivé au croisement (2202 m), prendre à gauche en direction du Refuge Questa (2388 m). Ce petit crochet permet d'avoir une belle vue sur le Lac Lago delle Portette. Revenir légèrement sur ses pas (50 m de dénivelé), pour emprunter le sentier en direction de Terme di Valderi (1368 m). Toute cette partie en descente se fait sur un sentier très roulant. 

 

  

 

Puis, on entame une belle montée, tout d'abord en forêt, puis à partir de 1950 m, dans les pierriers. La partie en forêt est magnifique, et on fait de belles rencontres : de nombreux chamois ! Il faut prendre son temps pour les observer. Il reste ensuite 300 m à gravir parmi les rochers pour atteindre le Refuge Morelli Buzzi (2351 m). Luca, le gardien, est très sympa. Sa grappa maison est délicieuse, tout comme sa cuisine.

 

 

 

ETAPE 2 - Refuge Morelli au Refuge Federici-Marchesini-Pagari, 27 km, 2360 m+

 

Après la mise en jambes, la 2ème étape débute par la montée vers le Colle del Chiapous (2533 m), rien de méchant, pour ensuite descendre dans le Vallone del Chiapous, par un chemin très raide, un terrain très instable. Ne pas envisager de faire une glissade sur les fesses pour aller plus vite, car des rochers t'attendent en bas. Donc, prudence. Un fois en bas, le chemin serpente dans le vallon et on surplombe un très beau lac artificiel, le Bacino del Chiotas (1968 m).

 

                                                   

 

Continuer sur le barrage pour atteindre l'autre rive du lac. Avant de prendre la direction du Colle de Fenestrelle, un petit tour s'impose pour aller voir le Refuge Genova (2010 m), de la table d'orientation, le panorama est superbe sur l'Argentera. Reprendre ensuite le chemin qui monte vers le Colle de Fenestrelle (2462 m), vite atteint. De là, une très belle descente t'attend, c'est l'occasion de tester sa forme !

 

 

Les 700 m de dénivelé négatif sont vite avalés. Le Refuge Soria-Ellena est en vue, mais ce n'est pas la peine d'y aller, prendre la longue piste à gauche. Toujours courir, sinon, ça semble un peu long… et on arrive à Saint Giacomo (1215 m) et la Maison du Parco Nationale Alpi Maritime (avec de magnifiques fresques de scènes de montagne).

 

                             

 

Là, profites-en pour prendre une petite collation, car c'est 1400 m de montée non stop. Mais une montée qui se fait bien malgré tout. Jusqu'au Passo Sottanon del Muraion (2053 m), le chemin monte tranquillement (1000 m au total quand même). Ensuite, c'est 400 m parmi les pierres et les rochers, c'est assez casse patte, mais la vue vaut le détour.

 

 

Lorsque le sentier fait des zigzags serrés et raides, il te reste 300 m à monter. J'ai pas bien compté, mais d'après moi, il y a plus de virages que pour la montée de l'Alpe d'Huez. Un drapeau, puis des petits panneaux, sont rapidement visibles.

 

 

 

Le Refuge Federici-Marchesini-Pagari est prêt à t'accueillir. Et quel formidable accueil ! Vraiment le refuge de rêve, avec des petits dortoirs et des échelles, des livres de montagne dans toutes les langues et une cuisine excellente. Vraiment une bonne adresse ! Une ambiance de montagne et un superbe coucher de soleil. 

 

ETAPE 3 - Refuge Pagari au Refuge des Merveilles, 18 km, 1370 m+

 

Après un copieux petit déjeuner, c'est cap sur le Passo Pagari (2798 m), l'adieu au Piemont et le retour en France, direction le Mercantour et la Vallée des Merveilles. En sortant du refuge, le Passo Pagari est bien visible. Bien suivre le balisage sur les rochers, car il n'y a plus de chemin, on prend vite de l'altitude en passant de gros blocs. Il ne s'agit pas d'escalade.

 

 

Arrivée rapide sur des rognons rocheux, témoins de l'ancien glacier de Pagari. 150 m de montée depuis le refuge (qui parait déjà bien petit) et c'est le Passo Pagari. C'est l'occasion de faire un petit tour dans des vestiges de fortifications de la guerre (tout en pierres sèches) et de monter à la Cime Pagari (2909 m), belvédère superbe sur l'Argentera et le Mercentour. Le Mont Clapier (3045 m) est juste en face. 

 

 

 

Passo Pagari (2798 m) Frontière Franco-italienne  

 

 

Au Sommet de la Cime Pagari (2909 m)

 

La descente dans le Vallon de Pagan est superbe. Cette étape est jalonnée de très beaux lacs. Les Lacs du Mont Clapier (2537 m) sont vite franchis et bientôt, on arrive au Refuge de Nice (2232 m) par un magnifique chemin de pierres. De là, on surplombe le Lac de la Fous. Redescendre en revenant sur ses pas, pour prendre à droite le chemin en direction du Refuge de Valmasque et la Vallée des Merveilles. 

 

  

 

Franchissement d'une très belle cascade, puis montée facile vers la Baisse du Basto (2693 m), en contemplant les Lacs Niré. Sous la Baisse, la pente est assez raide et on déambule parmi les blocs. Pour descendre, c'est simple, tout droit dans la combe, dans des pierriers. Pas besoin de préciser que courir sur ce type de terrain est plutôt suicidaire pour qui tient à ses chevilles. Puis on domine le superbe Lac du Basto.

 

 

Arrivé au croisement, prendre le chemin à gauche en direction du Refuge de Valmasque. Cette partie sera réalisée en aller-retour et en courant tout le temps. Le chemin en bacon au dessus des Lacs Noir et Vert est particulièrement agréable. Une petite pause au Refuge de Valmasque (2221 m), puis c'est reparti dans le sens inverse. Le paysage est sauvage et d'une beauté très épurée.

  

  

Le Lac Vert

 

 

Le petit Refuge de Valmasque

 

On refait le même itinéraire qu'à l'aller, sans même avoir l'impression de se répéter. Il est possible de voir, quand on a de la chance, de nombreux bouquetins. Poursuivre vers la Baisse de Valmasque (2549 m), porte d'entrée de la Vallée des Merveilles. De nombreux lacets serrés conduisent au fond de la Vallée, passage auprès du Lac des Merveilles, le Chef de Tribu veille sur toi.

 

 

Cette Vallée concentre en effet de nombreuses fresques rupestres. Les couleurs des rochers sont vives, de magnifiques bleus et des ocres lumineux. Rapidement, on atteint le Lac Long Supérieur et le Refuge des Merveilles. Une chose est sur, ce n'est pas l'ambiance du Refuge Pagari, on se croirait à la cantine (3 services successifs) et que c'est bruyant. Faut dire qu'une piste de 4X4 rend ce site particulièrement facile d'accès. C'est pas l'ambiance haute montagne en tout cas, aucun charme.

 

 

 

 ETAPE 4 - Refuge des Merveilles au Refuge Castérino, 20 km, 1600 m+

 

Conseil du jour : partir tôt afin d'éviter la foule dans la Vallée des Merveilles. Cela permet de contempler les gravures en toute tranquillité. Enfin, celles qui sont accessibles sans guide. A cause du vandalisme, de nombreux secteurs de la Vallée des Merveilles ne sont pas accessibles sans accompagnateur qualifié.

 

 

Du Refuge, prendre la direction de la Baisse de Valmasque (tu y es passé la veille). Arrivé à la Baisse, prendre tout de suite à droite le chemin qui conduit au Mont Bégo (2872 m). Les bergers à l'origine des gravures il y a 4 000 ans vénéraient ce sommet, lieu d'une intense activité orageuse en raison de son altitude et la proximité de la méditerranée. Un chemin en balcon (où l'on rencontre beaucoup de chamois), puis ensuite relativement aérien, conduit à ce sommet. Beau panorama sur l'ensemble des Alpes du Sud.  

 

  

Au Sommet du Mont Bégo (2872 m) 

 

 

Redescendre par le même chemin, en direction du Lac du Basto. On peut y faire de belles rencontres (bouquetins). A l'altitude 2350 m, prendre une bifurcation (pas très bien indiquée). Ce chemin monte rapidement sur un contrefort qui permet de basculer dans le Vallon de Fontanalba, s'ensuit une superbe ballade en direction du Lac Vert de Fontanalba.

 

 

 

Chemin très roulant. Une fois arrivé au Lac, un petit circuit par le Gias des Pasteurs, pour aller voir la Voie Sacrée s'impose. Dans l'ensemble de la Vallée des Merveilles, classée Monument Historique, plus de 37 000 gravures rupestres ont été dénombrées. Pour l'essentiel, elles datent de l'âge de bronze et du cuivre. 

 

 

 

Les Lacs Jumeaux valent aussi le détour, avec une belle vue sur le Mont Bégo. De là, on imagine bien pourquoi il impressionnait, voire même effrayait les auteurs de ces gravures. Le Mont Bégo en impose dans cette vallée.

 

 

 

Après cet épisode touristique et culturel, reviens dans le chemin que tu as quitté pour suivre le beau sentier, en forêt, qui mène au Refuge de Fontanalba. Il est possible de passer la nuit dans ce Refuge, pour visiter le lendemain les gravures avec un guide et ainsi accéder à certains secteurs protégés. Sinon, continuer sur le sentier. C'est bientôt la fin de cette traversée. Un chemin assez large descend en direction de Castérino (1543 m). Finito !!!

 



09/09/2007
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi