A chacun son sommet

A chacun son sommet

Le plus bel itinéraire mène au coeur de soi  

 

Transpyrenea.jpg

 

 La Traversée des Pyrénées... j'y songe depuis si longtemps. 

 

 

Finalement si peu. Et pourtant la moitié. 450 km de parcourus. Beaucoup de rencontres et de beaux paysages. Et l'annonce dramatique du décès de Gérard, « notre Gégé » toujours si joyeux, qui avait entrepris "sa" traversée depuis le 10 juin. L’envie de poursuivre malgré tout. Et puis le corps qui dit stoppe à cause de ce foutu staphylocoque. 

 

Entre le projet initial de novembre 2014 et ce que nous avons tous vécu, beaucoup trop de changements et d’errements. Si c’était à refaire, sûr que je n’y retournerai pas. Ce type d’organisation n’est pas pour moi. Absolument tout le contraire de ce que je recherche en montagne. 

 

Pas de regret pour autant. Il faut essayer pour découvrir de nouveaux horizons. Pour autant, dès que je fus rétabli à Bagnères de Luchon, j’ai filé vers le Cirque de Gavarnie, je suis monté à la Brèche de Roland. L’appel de l’altitude. L’appel des montagnes. 

 

Car ce qui m’a tant manqué, finalement, sur cette traversée, ce sont les montagnes comme je les aime. Les hautes cimes, l’échange avec la population montagnarde, la sincérité et la bienveillance. Contre la déshumanisation et le cynisme. Nous ne sommes pas des chiens errants. 
 
N'est pas le Tor qui veut. Et si le Val d'Aoste m'a tant porté, à chaque participation, ce ne fut malheureusement pas le cas des Pyrénées, dans le cadre de ce nouveau "concept" de rando-raid. Et ce ne fut pas la cause des bénévoles, pourtant si chaleureux et disponibles. C'est bien plus profond que cela. 
 
Je tourne donc la page de cette Transpyrenea. Et dans les années à venir, je poursuivrai entre Bagnères de Luchon et Hendaye. Mais par mon propre chemin. En passant par la vraie montagne. Par Gavarnie, par Baysselance. Et surtout, en partageant avec les habitants de ces belles vallées pyrénéennes.